Des souvenirs avec toi

#àmettreenmusique…

Tu te souviens ?
Tous ces mots doux partagés
Toutes ces envies avouées
J’me souviens
Mon cœur qui bat bat bat

Tu te souviens ?
Nos nuits d’amour jusqu’au soleil levant
Nos corps humides et tremblants
J’me souviens
Ta peau douce sous mes doigts

Tu te souviens ?
Ces bouchées étoilées si exquises
Ces chandelles et leur parfum de vanille
J’me souviens
Ce désir pour toi infini

Chaque fois que l’on se voit baby
Chaque fois que l’on se parle baby
Chaque fois que l’on se touche baby
C’est une nouvelle étoile qui naît
Un moment gravé dans nos mémoires
J’veux des souvenirs avec toi
Plein de souvenirs avec toi
Mais j’veux pas, non j’veux pas
Que tu ne sois plus qu’un souvenir

Tu te souviens ?
Ces réveils câlins enlacés
Nos corps comme aimantés
J’me souviens
Ton visage ton sourire

Tu te souviens ?
Des notes sur un piano
Ton regard fixé sur mes doigts
J’me souviens
Moment intense pour nous

Tu te souviens ?
Un saxo devant Notre Dame
Un cadenas pour affirmer notre flamme
J’me souviens
Que j’y croyais à tout ça

Chaque fois que l’on se voit baby
Chaque fois que l’on se parle baby
Chaque fois que l’on se touche baby
C’est une nouvelle étoile qui naît
Un moment gravé dans nos mémoires
J’veux des souvenirs avec toi
Plein de souvenirs avec toi
Mais j’veux pas, non j’veux pas
Que tu ne sois plus qu’un souvenir

Tu te souviens ?
Quand on se disait je t’aime ?

Dessiner les contours

Comme pour un portrait…

Prendre une feuille et un crayon
Générer des idées
Commencer à tracer des traits fins
Puis appuyer plus fort sur les lignes
Avec le crayon gris
Esquisse du futur croquis
Trouver une gomme aussi
Pour effacer un bout de rature
Et redessiner plus précisément
Ce qui est recherché
Mais que cherche-t-on?
À croquer un bout de vie
Et saisir,
Par ces contours aux traits affirmés
Une belle voie tracée
Sans trop de pointillés
Qu’on ait assez de mine à notre crayon
Assez de feuilles dans notre bloc de dessin
Afin que cette route s’étire loin vers l’horizon
Puis sur ce chemin y placer deux personnes
Amoureuses… main dans la main
Marchant vers leur destin
Mais dans le dessin
Nul ne sait s’il restera commun…

(Notre volonté est qu’il le soit…)

Amoureux fous

Le récit d’une soirée délicieuse dont on se souviendra et qui ne demande aucune ponctuation car les sensations et les sentiments ne s’arrêtent jamais et ne respirent pas lorsque que nous nous retrouvons alors voici un assemblage de mots qui me viennent à l’esprit allons y Douceur comme tes mains sur les miennes Douceur de ta peau Sucre sur tes lèvres imbibées de Champagne Partage de bulles grâce à nos langues mélangées Envie d’aller plus loin mais ce sera pour plus tard car un pianiste nous attend il faut donc filer et sauter dans ce métro Regards gênés mais amoureux au milieu des voyageurs et puis nous y sommes ce club de jazz à l’ambiance cosy et accueillante et ce magnifique piano qui n’attend que deux mains expertes pour rayonner Sourires car nous sommes heureux d’être là nous sommes bien nous voulons être proches mais nous sommes sages et attendons Rémi qui arrive enfin Notes de musique qui nous font chavirer le temps passe vite les notes s’enchaînent et peu de mots sont dits mais plusieurs regards amoureux sont échangés Applaudissements pour l’artiste nos mains se touchent notre envie de plus est intacte mais envie de profiter de ce moment encore un peu plus alors nous prolongeons cette soirée parisienne Mojito et Blue lagoon un peu de couleur dans nos verres et dans nos cœurs avant que nos corps ne s’expriment à leur tour Taxi du retour nos pouls s’accélèrent Clé qui tourne dans cette serrure la porte s’ouvre Liberté totale nous sommes seuls enfin Désir infini Champagne encore tout s’accélère Baisers Caresses Langues Corps nus on se dévore comme deux félins affamés Plaisirs au pluriel Amour réel Confiance entière Gestes délicieux Plaisir de donner Plaisir de recevoir Jouissance extrême Tendresse grandiose Etoiles dans les yeux Sourires Amour encore Nuit ensemble blottis l’un contre l’autre Intimité partagée encore un Souvenir indélébile

The quest

What if we had discovered absolute, complete, genuine, pure love? What if our quest for that perfect match, quest that has lasted over four decades, were finally over?
How would we feel? How would we know?
Would we feel relieved or sad, excited or satisfied?

Love is about being curious. Love is about exploration. Loving you makes me feel like the first astronaut on the moon, or a sailor discovering a desert island – in awe in front of so much beauty, my heart pounding, my eyes blurred by emotional tears, with a desire to cherish, getting to know and adore this newfound land, never wanting to leave it.
You are my moon, you are my desert island, I am your pioneer.
I don’t want our quest to be over. We found each other, our paths have met, we experienced love at first… email… only to be confirmed by our very first kiss. The love exploration is only beginning.
If you were my moon, I would visit every crater and every sea, pick every stone and feel every bit of moondust between my fingers.
If you were my island, I would taste all the delicate pieces of fruit growing on you, I would sunbathe on all your sandy beaches and swim in your blue waters.

Our quest is not over baby. Our love is magic. Our mutual discovery is a blessing. We discovered new beautiful and rich land, we want to stay there, and we will as long as our pioneering mind drives us. We may never know exactly how powerful our love is, but we will and must keep looking for the answer.

Le doute

Recueil : Nouvelles poésies (1829)

Être d’un seul mortel la première pensée, 
Être le seul désir de son âme embrasée, 
De ses pensers nombreux être l’unique objet, 
Former son univers et son bonheur secret ; 

Être de ses beaux jours l’unique jouissance, 
Être dans ses chagrins son unique espérance, 
Son plaisir le plus vif et l’âme de sa vie, 
Son plus doux avenir et son unique envie ; 

Posséder sur ses sens un pouvoir absolu, 
Être tout son amour et sa seule vertu, 
Et douter un moment de tant de jouissance, 
Douter de son bonheur, douter de sa constance 
C’est donner la douleur pour prix de son amour, 
C’est détruire sa vie et son cœur en un jour.

Claude-Charles Pierquin de Gembloux

Addicted


Your love
Like a drug
Always want more
Always need more

Our moments
So special
Travelling at the speed of light
To our secret world

Getting high
No external means
Just us
Time is counted

Eroticism
Mind connection
Sex, a lot of it
Sensuality

Time is up
Back to reality
Crashing down heavily
Pain

Until next time
In the mean time
Emptiness and jealousy
Imagination and expectation

Your love
Like a drug
So pure
Highly addictive

A l’opéra…

Un long couloir devant mes pieds, j’avance.
J’arrive devant la porte qui s’ouvrira, bientôt.
Sachant la beauté de ce qui se présentera à moi, je me prépare et frappe.
Un être enchanteur vient m’accueillir.
J’entre doucement, souriant tendrement.
Des bras s’enlacent, des corps s’approchent, des langues se nouent, des yeux s’observent, des cœurs battent.

Little star ⭐️ (voir post en archive) est là tout près.
Quelques lignes empruntées à cet écrit passé méritent d’etre copiées ici, sous le thème ´À l’opera´ :
« Notre concerto en serendipité majeur s’écrit chaque jour. Des arpèges plein de fougue, de rythme et d’intensité suivis de nuances… des instants de douceur faits de petites notes légères. Nous rédigeons la partition dans un mouvement à la cadence soutenue. Un air canon naît, empli de pulsations à l’unisson… ».

Notre opéra est une composition unique au monde. Elle nous ressemble. Chaque répétition est différente tout en gardant un style personnalisé. Le rythme varie et la partition se complète petit à petit.

Nous l’avions laissée de côté quelques temps. Une pause pour encore mieux composer ? Parfois les notes restent bloquées, juste faussées ou contrecarrées. Mais dès lors que la volonté, la créativité, l’inspiration, les réponses correctes aux notes déjà écrites s’enchaînent, la symphonie est repartie sur une note délicieuse.

J’aime composer des opéras avec toi.
Tout en nous s’exprime, rendant la démarche sublime…